Accès Publics Internet en ArdècheAccès Publics Internet en Ardèche

Animation
Relations Sivu
Documentation
NetPublic
Animateurs
Bibliothèques
Relais de services publics

Rechercher un accès public près de :

 


Rechercher sur le site

Plan du Site

 



Articles :: Brèves


Animateurs > Comptes-rendus > CR - 2005

Compte-rendu de la réunion des Centres multimedia : La Voulte : 31 janvier 2005

Présents :

Centres multimedia :
-  Alboussière : Céline Debaud
-  Annonay : Lanani Aïfa
-  Grospierres : Valérie Vanderplaetse
-  Lavilledieu : Antoine Court
-  La Voulte : Samuel Pabion et Sylvie Féroussier
-  Montpezat : Cécile Puigcerver
-  Satillieu : Pierre Louis Glaizal
-  St-Félicien : Jean Marie Bourgeat
-  St-Jean de Muzol : Franck Sanchez
-  St-Martin de Valamas : Christelle Chaussinand
-  Vallon Pt d’Arc : Jérôme Ray

Sivu :
-  Commission CCM du bureau : Mmes Nathalie Chabrel (l’après midi), Yvette Rieubon (le matin) M. Jacques Favet-Courbis
-  Techniciens : Gilbert Capeillère, Henry-Pascal Eldin, Guy Fréry, Dominique Wojylac

Excusés :
-  Mme Frédérique Gros
-  Aubenas : Rosemonde Blossier , Bourg St Andéol : Nora Aroui, Cruas : Claude Gaillard , Gluiras : Cédric Astier , Le Teil : Nicolas Pichon et Lionel Chambonnet , St-Julien Molin Molette : Jérôme Charrat
-  Les centres d’Etables et Alissas n’ont pas d’animateurs en ce moment. Celui de Guilherand a fermé.---

1) - Renouvellement du Matériel

-  Gilbert Capeillère fait part du bouclage de l’appel d’offres et des commandes qui sont en cours. Un souci demeure sur les machines les plus performantes, pour lesquelles l’AO n’a pas apporté d’offres satisfaisantes. Les premières livraisons devraient intervenir .....
-  Question d’Antoine Court sur l’éventualité d’avoir un des postes équipés en logiciel libre (Linux, etc) dans chaque centre parce qu’il commence à y avoir une curiosité de la part des utilisateurs. Réponse : c’est possible ! Il faut aussi remarquer que tous les postes seront équipés d’une suite bureautique en logiciel libre : OpenOffice.
-  Franck Sanchez demande à ce que la procédure de renouvellement soit re-précisée sur le plan administratif. Réponse : les fiches Excel de demande individuelle des centres vont être mises à jour en fonction des matériels et prix obtenus à l’issue de l’appel d’offres. Cette fiche, ainsi que la convention, la charte et la fiche de fréquentation seront envoyées à la mairie pour accord. Ce n’est qu’après réception au Sivu de ces quatre pièces visées par le maire (ou le président de l’intercommunalité) que la procédure d’installation des nouveaux matériels pourra démarrer. De plus, priorité sera donnée aux centres qui ont les équipements les plus anciens. Le renouvellement s’étalera sur 2005-2006.
-  Demande des animateurs aussi pour que les machines plus performantes soient renouvelées plus tôt quand elles sont dédiées à une activité spécifique. Réponse : Oui, dans la limite des contraintes de déplacement des techniciens.
-  Demande de précision du cadre dans lequel le matériel mobile (appareil photo, videoprojecteur) peut être prêté. Réponse : le matériel ne peut être prêté qu’aux associations ou collectivités publiques, et dans le cadre d’animations non commerciales. Une convention type existe, elle sera mise à disposition dans l’espace privé des centres multimedia sur le site web.
-  A propos des logiciels, Guy rappelle que dans l’espace privé des ccm il y a le doc des avantages obtenus par le ministère sur certains éditeurs : Apple, Pinnacle, Microsoft, Sun , Xoolooo. Le difficulté est que le Sivu ne peut pas en bénéficier en gros, puisqu’il dépasserait le seuil de 4000 euros et devrait donc procéder à une consultation.
-  Sur la possibilité pour un centre de conserver son ancien matériel lors du renouvellement, Gilbert signale que les matériels seront tous repris. Ils pourra y avoir réattribution sur demande écrite.

2) - Animations

Pour réponse à une interrogation de Samuel Pabion, Guy Fréry fait le point sur l’implication du Sivu dans les animations à caractère départemental. Rappel est fait de l’historique et des circonstances ayant conduit à l’arrêt des animations à l’initiative du Sivu, qui vient maintenant seulement en support aux initiatives des animateurs, par la publication sur son site web des animations locales et/ou d’une affichette. Un tour de table est fait de ces initiatives :
-  semaine de l’emploi saisonnier à Thueyts, Joyeuse, Aubenas et Lavilledieu
-  marché de Noël à Montpezat
-  portes ouvertes à Satillieu, Alboussière, Lavilledieu Un constat est largement partagé : les animations marchent mieux le samedi. Antoine Court s’est donné un objectif : faire parler du centre multimedia une fois par mois dans la presse locale, à l’aide d’animations ou de simples communiqués. Tous les présents sont d’accord pour qu’une journée portes-ouvertes soit organisée de façon départementale le samedi précédant la fête de l’internet, soit le 19 mars 2005. La semaine est programmée nationalement du 20 au 27 mars (voir : http://www.fete-internet.fr ou http://www.feteinternet. be) Par ailleurs, l’ensemble des animateurs remarque que la semaine de l’emploi avait une bonne audience. Guy annonce que l’Anpe préparerait une manifestation nationale de cet ordre pour l’automne 2005. L’ensemble des animateurs approuve le principe de s’y associer. Plus d’informations seront données sur la liste tousccom dès que le projet aura été précisé. Enfin il semble qu’il est opportun de réactiver le newsgroup des animateurs de centres multimedia plutôt que d’ouvrir un blog.

3) - Formation

Un débat sur la formation conduit Dominique Wojylac à proposer trois modules à destination des animateurs : 1) les rudiments du traitement de l’image 2) les bases de maintenance et d’administration d’un réseau local 3) premiers éléments d’e-administration, les outils du Sivu : comarquage, marchés publics, etc. Dominique proposera bientôt sur la liste tousccom des éléments plus précis. Sur une question de Cécile Puigcerver, qui a en mains une convention à passer entre sa commune (Montpezat) et le Greta Sud-Ardèche pour une action de FOAD (formation ouverte à distance) Dominique reprécise le dispositif mis en place avec la région Rhône-Alpes dans le cadre du réseau régional de formation continue (RRFC-Formavia). Chaque centre en ayant fait la demande sera doté d’un poste de travail connecté dédié à la recherche de formations à distance ou même au suivi d’un cursus par un usager du centre. Le centre doit être rémunéré pour cela (2 euros l’heure). Il ajoute qu’une flotille de portables sera acquise pour faire face à des actions de formations du type de celle réalisée avec l’Afpa (voir : http://www.inforoutes-ardeche.fr/actualites/2002/Convention-Afpa- Sivu.html). Guy demande donc aux centres de prendre contact avec le Sivu quand ils sont sollicités sur des actions de ce type par des organismes de formation afin que toute la logistique mise en place par le Sivu puisse être utilisée au mieux, dans un souci de cohérence des moyens mis en place avec la région Rhône-Alpes. Dominique souligne encore que s’il existe un portail internet pour la formation à distance en Rhône Alpes, il n’est pas totalement ouvert au public et demande des identifiants. Il est possible de s’enregistrer pour les avoir, mais ils ne donnent pas accès à l’ensemble des ressources du site. Voir : http://www.rrfc-ra.org Voir aussi http://www.inforoutes-ardeche.fr/portail/iportail/246/index.html

4) - Partenariats

a)- M. Favet Courbis relate une réunion des élus de la communauté de communes de Crussol avec divers gestionnaires de services publics (EDF, Anpe, etc), la sous préfète de Tournon et le secrétaire général de la préfecture de l’Ardèche, à Alboussière, au cours de laquelle a été envisagée l’opportunité d’utiliser les centres multimedia comme point de contact ou relais des services publics, à l’instar de ce qui se fait à Alboussière avec la CAF. Il demande aux animateurs de se prononcer pour ou contre une telle utilisation de leurs centres, en précisant bien qu’il ne demande qu’une position de principe, sans préjuger des conséquences financières ou organisationnelles d’une telle décision, qui devront être prises en compte par les partenaires. L’ensemble des animateurs est favorable à de telles initiatives et sont prêts à y collaborer. Cependant ils soulignent que pour beaucoup d’entre eux, ni la pérennisation de leurs emplois, ni celle de leurs centres ne sont assurées du fait du fonctionnement des centres qui est financé intégralement par leur collectivité. Que par conséquent une telle collaboration ne pourra se faire que si les services publics demandeurs acceptent une prise en charge des coûts induits ainsi que la formation des animateurs à l’utilisation de leurs outils. Par ailleurs sur les services spécifiques faisant appel à la visioconférence, il est estimé qu’ils ne peuvent prendre place que dans des centres disposant d’une pièce dédiée à cette activité pour des raisons de confidentialité évidentes. Un tour de table fait apparaître qu’actuellement, parmi les présents, seuls les centres d’Alboussière, Grospierres, LaVoulte et Satillieu pourraient accueillir des visio-guichets. b)- Dominique et Guy font état de leur rencontres avec l’UDAF (Union départementale des associations familiales) sur le projet JMI (jeune médiateur internet). Il s’agit de former des jeunes de 16 ans pour initier les particuliers qui le demanderaient en étant rémunérés en chèques emploi-service. Ce projet est issu de la conférence 2004 de la famille sur l’adolescence, il est interministériel (famille, éducation nationale, affaires sociales, finances), tous les accords sont actuellement obtenus sauf celui des finances (sur les chèques emploi-services). L’UDAF de l’Ardèche est chargée d’expérimenter un tel dispositif et s’est naturellement retournée vers le Sivu pour l’y associer, en vertu de son expérience et ses infrastructures mises en place en matière d’accès public. Les centres multimedia pourraient y être associé notamment comme :
-  lieux de formation des JMI
-  centres de ressources pour les particuliers recherchant un tel service à domicile Enfin le service pourrait bien sûr être rendu par le JMI dans un centre multimedia. Une discussion animée conclut à :
-  l’inquiétude des animateurs sur leur responsabilité qui pourrait être engagée quand ils auraient fourni le contact d’un JMI et qu’il y aurait problème entre le demandeur du service (en l’occurence l’employeur) et le JMI. Ce qui implique :
-  la nécessité d’un référent institutionnel local qui puisse garantir aussi bien le "client" que le "JMI" en cas de problème
-  la préférence des animateurs pour que le service soit rendu dans le centre multimedia Madame Chabrel souligne aussi qu’à partir du moment où il y a prestation de service, il y a obligation de résultat. En cas de contestation, le JMI peut être mis en situation délicate du fait même de son jeune âge.

5) - Statut et activité des animateurs

Un tour de table est fait où chaque animateur décrit son statut actuel, ses perspectives d’emploi dans sa structure et ses activités principales. Guy rappelle que le sujet de la pérennisation était le thème majeur des précédentes rencontres, auxquelles les élus avaient été associés, tenues au Cheylard le 13 septembre 2004. A l’époque, le mouvement d’intégration, bien que timide, était lancé. Le bilan figure dans le compte-rendu de cette réunion qui est en ligne sur l’espace privé des centres (http:// ccm.inforoutes-ardeche.fr). Panorama des 11 centres présents (soit 12 animateurs/trices) :
-  La Voulte : Sam et Sylvie sont en "emploi-jeunes consolidé" avec un CDI. Le gestionnaire est la MJC de la Voulte. Ils ont tous les deux d’autres missions à assurer que la stricte animation du centre pour la moitié de leur temps de travail. Ils considèrent que leurs postes ont été pérennisés.
-  Vallon Pont d’Arc : la situation de Jérôme est très précaire. Après 3 ans d’emploi-jeune, il a eu un CDD de 10 mois avec le CREPS, son employeur qui est le gestionnaire du centre multimedia. Puis 3 mois de contrat avec le ministère de la jeunesse et des sports, autorité de tutelle du CREPS, puis de nouveau un contrat de 10 mois avec le CREPS. Son temps est partagé à 2/3 sur le CREPS pour 1/3 sur le centre multimedia.
-  St-Jean de Muzols : Franck est sur un contrat emploi-jeune pour encore deux ans. Pour lui la pérennité du poste tient à la capacité de l’animateur à se rendre indispensable. Il est à plein temps sur le centre. Son activité le conduit à rendre des services informatiques à la communauté de communes du Tournonais, son employeur. Il commence aussi à rendre des services de type "web" aux communes de la communauté. Au centre la moitié de l’activité consiste à des séances d’initiation/formation.
-  St-Martin de Valamas : Christelle est emploi-jeune depuis 4 ans. Elle a eu l’occasion de s’entretenir avec le maire qui l’a assurée de sa volonté de pérenniser son poste en diversifiant son activité sur la bibliothèque communale, qui n’est pas encore créée. L’activité dans son centre est très forte les mercredis et samedis sur les jeux en réseau, la deuxième demande est l’initiation individuelle. Elle est à plein temps sur le centre.
-  Annonay : Néni a été titularisé, après 5 ans d’emploi-jeune et un an de stage FPT. Il est à mi-temps sur le centre et mi-temps sur le service informatique de la mairie. L’activité au centre est essentiellement la navigation. Le centre est par ailleurs très régulièrement utilisé par les services municipaux et divers organismes de formation ou d’animation socio-culturelle : université pour tous, etc.
-  Grospierres : Valérie était titulaire de la FPT avant même la création du centre. Elle partage son temps (27h) à égalité entre l’animation du centre et son poste d’adjoint-administratif. L’activité du centre est partagée entre l’accès libre et l’initiation individuelle pour la bureautique surtout.
-  St-Félicien : Jean Marie, bien qu’embauché comme emploi-jeune, vient d’entrer en stage FPT en vue d’être intégré au personnel de la communauté de communes. Son temps est partagé à moitié entre l’animation du centre et le secrétariat administratif de la communauté, réalisé dans le centre. L’activité du centre est importante dans l’accueil des scolaires, et celui des demandeurs d’emploi. Des problèmes se posent dans la relation avec les enseignants, qui ne préparent pas suffisamment les séances et le laissent seul avec les élèves.
-  Alboussière : Céline est sur un CDD non-aidé jusqu’en avril 2005, ses employeurs sont la communauté de communes du pays de Crussol pour mi-temps et le centre de ressources CISAL pour l’autre mi-temps. Les deux centres (multimedia et ressources) sont dans un même lieu. Une autre personne est aussi à mi-temps sur le centre de ressources. Problème : à deux mois de sa fin de contrat

elle n’a pas d’information sur la suite qui y sera donnée.
-  Satillieu : Pierre-Louis est emploi-jeune jusqu’en septembre 2006, à 60% sur le centre. Il accueille des classes 3 demi-journées par semaine, le reste de l’activité est partagé entre le libre service pour la navigation, l’accueil des demandeurs d’emploi et l’initiation individuelle. Le reste de son temps de travail est consacré à la communication pour les associations et la mairie.
-  Montpezat : Cécile est emploi-jeune jusqu’en septembre 2006. A part le centre, elle consacre 3 demi-journées par semaine à l’office de tourisme. A côté de l’accès public, l’activité du centre est très orientée vers les scolaires puisqu’elle accueille les écoles et le collège. Elle doit en effet accueillir les élèves du collège entre 12h et 14h pour des activités orientées bureautique et internet, c’est une mission qui lui a été confiée par le maire. Elle met aussi à jour le site web municipal.
-  Lavilledieu : Antoine vient d’entrer sur le reliquat d’un contrat emploi-jeune qui se terminera en novembre 2005. Il a été prévenu par son employeur, la communauté de communes Berg et Coiron, qu’il n’y aurait pas forcément pérennisation. Il reçoit les écoles le matin (centre aéré le mercredi) et ouvre en accès libre l’après-midi avec pour activités principales la navigation et l’initiation individuelle à la bureautique. Mission lui a été donnée également par son employeur de travailler sur un projet extérieur au centre (portage de repas et création de crèche), en vertu de sa qualification.


Cte rendu à télécharger




Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --