Accès Publics Internet en ArdècheAccès Publics Internet en Ardèche

Animation
Relations Sivu
Documentation
NetPublic
Animateurs
Bibliothèques
Relais de services publics

Rechercher un accès public près de :

 


Rechercher sur le site

Plan du Site

 



Articles :: Brèves


Relais de services publics

Réunion de cadrage de la convention RSP au centre multimedia d’Alboussière, jeudi 11 janvier 2007 à 9 heures 30.

Présents :
Jean Marc Picand, sous-préfet de Tournon-sur-Rhône
Nathalie Reynaud, adjointe à la secrétaire générale, sous-préfecture de Tournon
Nathalie Broyart, chargée de mission modernisation, préfecture de l’Ardèche
Jacques Dubay, président de la communauté de communes du Pays de Crussol
Christophe Vialatoux, secrétaire général, CC Pays de Crussol
Les maires de St-Sylvestre, Boffres, Champis (CC Pays de Crussol)
Céline Debaud, animatrice centre multimedia
Blandine Berthelot, directrice ANPE Valence Ouest
Dominique Rabuteau, directeur-adjoint, MSA Loire-Ardèche
Sarah Villecoq-Aubert, directrice par interim, CAF Annonay
Maurice Quinkal, président SIVU Inforoutes
Guy Fréry, Sivu des Inforoutes

Le sous préfet retrace l’historique récente du projet de "Relais de services publics" en France et en Ardèche. Il existe 4 projets sur _ l’Ardèche Nord (Etables, Alboussière, Vernoux-en-Vivarais, Saint-Agrève).

Mme Berthelot exprime le fait que l’Anpe est habituée au partenariat, comme avec CEFORA à Lamastre. Elle annonce le chiffre de 150 à 180 ressortissants sur le secteur sur un total 6000 demandeurs d’emploi inscrits à Valence-Ouest. Les "suivis personnalisés" commencent juste à se mettre en place. L’Anpe est prête à s’engager sur le RSP dans 3 directions :
1- l’accès aux services anpe.fr : abonnements push-emploi, accès au ROME, etc. - l’appropriation par les DE et les entreprises des services à distance - l’initiation à la réponse en ligne aux offres
2- faciliter le lien entre les DE et l’Anpe : mise en place de "référents" pour l’animateur
3- RSP relais d’information sur les actions spécifiques + mise en place de documentations Pour cela elle est prête à mettre en place un appui "formation" à l’animateur. Pour le visio-guichet elle considère que sur l’agence de Valence-Ouest et pour le secteur considéré, il ne saurait être une solution systématique mais plutôt occasionnelle ou de dépannage. Il faut retenir que chaque DE a un conseiller spécifique. Chacun ne peut pas avoir de visio-guichet dans son bureau.

Mme Villecoq-Aubert signale que dans le cas des visios avec Alboussière, le technicien "visio-guichet" reste dans son bureau de permanence téléphonique. Elle pense que la circulaire d’aout 2006 ouvre des perspectives intéressantes. Pour ce qui est de l’expérimentation conduite à Alboussière, le bilan est encourageant d’un point de vue du service, mais reste maigre du point de vue de l’usage (9 visios dans l’année). La CAF souhaite que l’animateur de RSP soit en mesure de "pré-traiter" les contacts en étant capable d’apporter des informations/orientations. La CAF a, elle aussi, de plus en plus de services en ligne sur lesquels les usagers pourraient être initiés, comme la déclaration de ressources.

M.Rabuteau insiste sur la volonté de maintenir une relation de proximité avec ses ressortissants et pour cela, la MSA maintient de très nombreuses permanences physiques sur le territoire. Il ne croit pas trop que le visio-guichet puisse mieux faire que le téléphone, très utilisé : 1000 appels pris chaque jour et un taux de satisfaction des usagers de 95% (mesuré par la SOFRES). Cependant, comme tous les organismes sociaux, les structures sont obligées de se concentrer pour faire des économies d’échelle, comme ici Loire et Ardèche qui fusionnent, mais avec séparation des tâches : c’est par exemple la Loire qui traitera tous les dossiers "famille". La difficulté est aussi qu’il y a 4 ou 5 conseillers pour un usager suivant le domaine de sa demande (conseiller assurance ≠ conseiller retraite). Enfin, que le service "complet" de visio-guichet, avec transmission de pièces, est trop cher.

Maurice Quinkal exprime l’accord du Sivu pour continuer à maintenir les matériels, former les animateurs, dans une perspective de RSP. Pour la visioconférence, il n’est pas utile de s’en inquiéter à l’avance, les technologies internet la permettent, les techniciens du Sivu suivent de près les évolutions.

Nathalie Reynaud souligne que, dans la convention RSP, le service de visio-guichet est optionnel, ce qui est demandé est "au moins un poste informatique connecté en haut-débit".

Jean Marc Piquand pense que sur ces bases, la formalisation d’une convention est possible. L’important est que chaque organisme puisse désigner des référents à l’animatrice, la former sur ses procédures. Il rappelle que les préfectures, en deuxième rang derrière les mairies pour les contacts avec le public, satisfont 70 à 80% des demandes avec des informations de premier niveau (orientation). Il souhaite aussi, avec M. Dubay, que les services du conseil général (Unités territoriales) rejoignent la convention. Il demande à Mme Broyart que des contacts soient pris avec la CPAM et l’ASSEDIC.

MSA, Anpe et CAF sont d’accord pour signer la convention sur ces bases, aussi bien pour Etables que pour Alboussière. Le sous-préfet souhaite que la convention, préparée par Christophe Vialatoux soit signée en février, et qu’une manifestation de signature publique soit organisée pour lui donner un retentissement. Une date est provisoirement prise entre les participants : le 8 février à 10 heures.

compte-rendu rédigé par G.Fréry




Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --